Performance “En attendant,…”, Module Innovant Pédagogique ArTeC

Un clip vidéo sur la performance réalisée par les étudiants de Master au cours des journées d’études “Figurer nos liaisons numériques par les arts” les 3-4 décembre 2019.

Performance “En attendant, …

Une attente mise en récit et vécu en silence dans le corps par les performeurs puis transféré aux spectateurs. Des récits révèlant la cenralité d’une ressource de plus en plus rare “l’attention”.

 performeurs-étudiant : Hedirson Delgado, Thomas Gibourdel, Elda Ahmeti,

Comédienne : Daphnélia Kasmi

Conception et mise en scène : Christian Remer et Fardin Mortazavi

 CyberOmbre, Performance «  En attendant,… », répétition

Ouvrage collectif : ÉDUCATION CRITIQUE AUX MÉDIAS ET À L’INFORMATION EN CONTEXTE NUMÉRIQUE

Présentation : Interdiction des téléphones portables à l’école, contrôle des plateformes en ligne pour lutter contre la désinformation – l’éducation aux médias se retrouve au centre des politiques publiques numériques. Depuis 2013, la loi de refondation de l’école a inscrit dans ses missions fondamentales une éducation aux médias et à l’information. Cet ouvrage présente le résultat de trois années de réflexion collective avec des chercheur.es explorant l’économie politique de la communication, la sémiotique, la sociologie des usages, la critique des industries culturelles et créatives et la sociologie du genre.

Coordinateur(s) : Sophie Jehel et Alexandra Saemmer

Edition : Presses de l’ENSSIB, Collection : Papiers, Parution : Avril 2020

Sommaire

Introduction par Sophie Jehel et Alexandra Saemmer (téléchargable)

Partie 1. Éduquer à l’information, décoder les infomédiaires

Chapitre 1. « Fake news », complotisme, désinformation : quels enjeux pour l’éducation aux médias ? par Romain Badouard

Chapitre 2. Cybersexisme : un nouveau phénomène de socialisation adolescente par les outils du numérique ? par Sigolène Couchot-Schiex et Gabrielle Richard

Chapitre 3. Surveillance à l’ère numérique : comment résister à l’emprise de la société de contrôle ? par Serge Proulx

Chapitre 4. Retour sur les enjeux politiques du mouvement du logiciel libre, par Sébastien Broca

Chapitre 5. Comment saisir la qualité politique des technologies numériques ? par Clément Mabi

Chapitre 6. Faire attention, ou l’affectivité en contexte numérique, par Camille Alloing et Julien Pierre

Chapitre 7. Qu’est-ce qu’un moteur de recherche ? par Guillaume Sire

Chapitre 8. La défiance des adolescents vis-à-vis de l’information journalistique dans le contexte de la crise de l’information, par Sophie Jehel

Chapitre 9. Se confronter aux fausses informations : des moyens techniques de lutte aux outils éducatifs, par Léo Jannot-Sperry

Partie 2. Approches réflexives et créatives des médias

Chapitre 10. Inoculer le genre. Le genre et les SHS : une méthodologie traversière, par Marlène Coulomb-Gully 

Chapitre 11. L’éducation critique aux médiations informationnelles et communicationnelles en milieu numérique, par Nicole Pignier

Chapitre 12. Pour une lecture critique des interfaces du livre numérique, par Nolwenn Tréhondart 

Chapitre 13. La créativité en éducation critique aux médias : un défi pour l’École, par Laurence Corroy

Chapitre 14. Que peut la littérature face aux techno-pouvoirs numériques ? par Alexandra Saemmer 

Chapitre 15. Adolescence et maîtrise des technologies de la communication, par Francis Jauréguiberry

Chapitre 16. Déconstruire le mythe des digitales natives, et au-delà : cheminements théoriques et méthodologiques, par Anne Cordier

Chapitre 17. Mobilisation des savoirs techniques par le professeur documentaliste. L’éducation aux médias comme transmission d’un savoir expérientiel en milieu numérique, par Céline Ferjoux 

Chapitre 18. CyberOmbre, repenser les nouveaux médias par le médium théâtre, par Fardin Mortazavi

Liste des auteur.es

Coordinateur(s) :

Contributeur(s) :

Générations collapsonautes Naviguer par temps d’effondrements Yves Citton Jacopo Rasmi

Nous voyons les banquises fondre, les espèces disparaître, les inégalités s’exacerber : tout nous annonce que nos modes de vie sont condamnés à un « effondrement » qui vient. Nous savons la nécessité d’une mutationvertigineuse, à laquelle nous ne parvenons pas à croire.

Comment sortir de cette hantise – sans nier sa réalité nisubir sa fascination ? En multipliant les perspectives qui dévoilent une pluralité d’effondrementsdéjà en cours, plutôt qu’un unique écroulement à venir. En questionnant ce « nous » de la collapsologie à partir de temporalités alternatives, d’attentions altérées, de points de vues excentrés et excentriques.

Écrit à quatre mains, ce livre s’adresse à toutes les générations collapsonautes– jeunes et moins jeunes – qui ont mieux à faire que se laisser méduser par la menace des catastrophes à venir. Désespérées mais pas pessimistes, elles s’ingénient à accueillir et cultiver des formes de vie qui échappent par le haut au capitalisme extractiviste. Condamnées à naviguer sur les effondrements en cours, elles génèrent d’ores et déjà des arts inédits du soulèvement et du montage – dont ce bref essai encourage à hisser les voiles.

Yves Citton, 58 ans, est professeur de littérature et media à l’université Paris 8, et co-directeur de la revue Multitudes. Il a publié Contre-courants politiques (2018), Médiarchie (2017), Pour une écologie de l’attention (2014), Renverser l’insoutenable (2010).

Jacopo Rasmi, 28 ans, a soutenu en 2019 un doctorat à l’université Grenoble Alpes sur les nouvelles écritures documentaires (cinéma, littérature). Il enseigne à l’Université de Lorraine (IECA et CREM) et n’a pas encore renoncé à chercher une forme de vie désirable.

Editons: Seuil, Collection : La Couleur des idées
Date de parution 05/03/2020, 23.00 € TTC, 288 pages, EAN 9782021447408

“FIGURER NOS LIAISONS NUMÉRIQUES PAR LES ARTS”, 3-4 déc. Univ. Paris 8, Maison de la Recherche

Journées d’étude et de rencontre entre artistes et chercheurs
Mardi 3 décembre 14h00-18h00
Mercredi 4 décembre 9h00-16h00

L’art n’est ni un reflet, ni une transposition de la réalité : c’est une réponse à la réalité.
Tadeusz Kantor

Partenaires : Eur-ArTeC, CEMTI, CNSAD et MGI

Comment les artistes figurent-ils nos liaisons avec les technologies ou les plateformes numériques et les fictions qui nous envoûtent ? Des dispositifs issus du théâtre peuvent-ils permettre de créer un espace de réflexivité partagé sur nos liaisons numériques avec les adolescents ? Dans le contexte de la numérimorphose, la médiation par le numérique a-t-elle transformé les manières de concevoir et construire les publics de théâtre ? Ces journées d’étude s’inscrivent dans le cadre du projet « Le théâtre dans les cavernes du numérique » dirigé par Sophie Jehel, soutenu par l’EUR ArTeC en 2018-2019 et le laboratoire Cémti (Paris 8).

En cliquant sur chaque intervenant, lorsqu’il est souligné, vous accèdez à l’enregitrement audio de chaque présentation.

Comité d’organisation :
Maxime Cervulle (MCF), Lucile Coquelin (Doctorante), Sophie Jehel (MCF), Fardin Mortazavi (Artiste-Doctorant), Julie Peghini (MCF), Adrien Pequignot (Doctorant), Alexandra Saemmer (Pr) du laboratoire CEMTI, Univ. Paris 8 Saint-Denis.

Téléchagrer ici le livret pédagogique en PDF

Le 3 décembre

AXE 1. LES ARTS POUR FIGURER LE NUMERIQUE

14h00 : Accueil.
14h30 : Introduction par Lucile Coquelin.


14h45 : Table ronde 1

Introduction par Alexandra Saemmer
Marielle Pinsard, auteure, metteure en scène et comédienne, pour sa pièce Rock trading, la faute aux enfants, en discussion avec Julie Peghini.
Florence Minder, auteure, metteure en scène et comédienne, pour sa pièce Saison 1, en discussion avec Sophie Jehel.
Georges Gagneré, metteur en scène et concepteur de dispositifs intermédia, en discussion avec Jean-François Dusigne, Pr. en arts du spectacle, Univ. Paris 8, co-directeur d’ARTA.
Modération : Alexandra Saemmer.
15h45 : Echanges avec le public.
16h15 : Pause.
16h30 : Table-ronde 2
Françoise Cahen, professeure de lettres, doctorante en littérature, en discussion avec Alexandra Saemmer, auteure.
Lucile Coquelin, « Le militaire augmenté dans la série Black Mirror, vers un soldat machine ? ».
Adrien Pequignot, « Ce qui se joue lorsque “Les émotions vont au travail”. A propos de l’œuvre de Zoé Beloff ».
Modération : Julie Peghini.
17h30-18h00 : Echanges avec le public

Le 4 décembre
AXE 2. LES ARTS COMME MEDIATION AU NUMERIQUE

8h45 : Accueil. 9h00 : Introduction par Fardin Mortazavi.
9h15 : Table ronde 3

Introduction par Sophie Jehel
Yassaman Khajehi, MCF Etude théâtrales Univ. Clermont, « Médiation comme performance, la théâtralité d’une présence ».
Tamara Guenoun, MCF psychopathologie CRPPC, Univ. Lyon 2, « Le jeu théâtralisé avec les enfants et les adolescents, une médiation thérapeutique de reconstruction de la subjectivité ».
Angélique Gozlan, psychologue clinicienne, et Barbara Garbarz, psychologue et comédienne, « De la passivité numérique à la mise en mouvement imaginaire dans l’espace théâtral. Une expérience d’atelier thérapeutique à médiation théâtre auprès d’enfants en Centre Médico-Psychologique ».
Modération : Sophie Jehel.
11h00 : Echanges avec le public.
11h15 : Pause.
11h30 : Atelier “CyberOmbre” . Performance avec les étudiants de Paris 8 engagés dans le projet (Master ArTeC, Master ICCREA) et Daphnélia Kasmi, comédienne, mise en scène Christian Remer et Fardin Mortazavi.
12h00 : Echange avec le public.
12h30 : Pause déjeuner.

AXE 3 : Médiations numériques et publics du spectacle vivant

14h00 : Table ronde 4

Introduction Maxime Cevulle.
Christine Bellavoine, Sociologue, Ville de St Denis, « Le numérique dans la construction des publics, réflexions à partir du CDN Gérard Philipe ».
Gwendoline Landais, Doctorante, Pratiques et poétiques, Univ. Rennes 2, « Évolution de la médiation numérique culturelle verticale vers une médiation numérique horizontale participative : du Web 1.0 au Web 2.0 ».
Anne Le Gall, TMNlab, « Introduction à la transformation numérique des théâtres : observations du TMNlab ».
Modération : Maxime Cervulle.
15h30 : Echanges avec le public.

15h45 : Conclusion et synthèse des journées : Adrien Pequignot et Sophie Jehel.
16h00 : Clôture de la séance.

Ce travail a bénéficié d’une aide de l’État gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du programme d’Investissements d’avenir portant la référence ANR-17-EURE-0008.

Informations pratiques :
Amphithéâtre MR002, Maison de la Recherche
Université Paris 8 Vincennes- Saint-Denis
Métro : Saint-Denis Université (ligne 13)
Inscription : contact@cyberombre.org.
Info : www.eur-artec.fr; www.cyberombre.org.

icon-car.pngFullscreen-Logo
Université Paris 8 Maison de la recherche

chargement de la carte - veuillez patienter...

Université Paris 8 Maison de la recherche 48.945504, 2.362576

CyberOmbre : Théâtre d’ombre avec les jeunes pour repenser le numérique, Ecole PARATTE, les 14 et 15 puis les 25 et 26 mars 2019, Maison des 3 Quartiers, Vidéos des spectacles

Théâtre d’Ombre Musical
Crée par les élèves de l’Ecole PARATTE
« CyberOmbre »
Un autre regard sur les Réseaux Sociaux Numérique
Maison des 3 Quartiers (86)
Jeudi 14 à 14h45 et Vendredi 15 mars à 18h00

“Ce matin-là, je me suis réveillé dans un écran où tout était possible ou presque …Mon ombre était moi, et moi je ne sais …
Mon chat m’a griffé pour le suivre … On a percé l’écran …”


Télécharger les vidéo de spectacle ci-après , avec la classe de Magueritte Garond et avec la classe de Sophie Taveneau : :
http://maisonpersane.fr/Cyber/
Si vous avez des problèmes écrivez au : contact@cyberombre.org

« Entrée libre »
Mise en scène : Fardin Mortazavi et Daphnélia Kasmi
Collaboration artistique : Christian Remer
Résa./info: contact@cyberombre.org 06 17 87 54 40

Présentation en clip vidéo

A l’heure de la dématérialisation, du tout internet, quelle est notre part de médiation et de prise de conscience? Comment les enfants et adolescents d’aujourd’hui, qui baignent dedans dirons-nous, vivent cela? Qu’est ce qui se joue au quotidien, à l’école, à la maison? Les thèmes évoqués sont : la mémoire, la transmission, privé/public, intime, monde extérieur, être au monde, relation aux autres, à soi…. tant d’autres! Dépasser le simple fait de juger et de critiquer, en utilisant le théâtre avec les jeunes comme espace de réflexion. Cette année, nous sommes intervenus auprès de 2 classes de 6ème du Collège de Jules Verne.Après une enquête sur le mode de vie numérique, des écritures collectives et une semaine de résidence, les élèves créent leur spectacle.
Projet PEAC avec le soutien financier : Drac Nouvelle Aquitaine, Conseil départemental 86, Rectorat Poitiers, Mairie de Buxerolles, Ecole Paratte et Collectif Maison Persane.
www.cyberombre.org

CyberOmbre : Théâtre d’ombre avec les jeunes pour repenser le numérique, 7, 8, 14 et 15 février Maison des projet

Théâtre d’Ombre Musical
Crée par les élèves du Collège Jules Verne
« CyberOmbre »
Un autre regard sur les Réseaux Sociaux Numérique
Maison des Projets à Buxerolles (86)
Jeudi 7 à 14h45 et Vendredi 8 février à 18h00
Jeudi 14 à 14h45 et Vendredi 15 février à 18h00

Ce matin-là, je me suis réveillé dans un écran où tout était possible ou presque …Mon ombre était moi, et moi je ne sais …
Mon chat m’a griffé pour le suivre … On a percé l’écran …
“  

Nous partageons un pot avec les élèves et leur famille après les 2 spectacles de vendredis 8 et 15 février à 18h00 à la Maison des Projets au 48 Avenue de la Liberté 86180 BUXEROLLES  
« Entrée libre »
Mise en scène : Fardin Mortazavi et Daphnélia Kasmi
Collaboration artistique : Christian Remer  
Résa./info: contact@cyberombre.org  06 17 87 54 40

Présentation en clip vidéo

A l’heure de la dématérialisation, du tout internet, quelle est notre part de médiation et de prise de conscience? Comment les enfants et adolescents d’aujourd’hui, qui baignent dedans dirons-nous, vivent cela? Qu’est ce qui se joue au quotidien, à l’école, à la maison? Les thèmes évoqués sont : la mémoire, la transmission, privé/public, intime, monde extérieur, être au monde, relation aux autres, à soi…. tant d’autres! Dépasser le simple fait de juger et de critiquer, en utilisant le théâtre avec les jeunes comme espace de réflexion. Cette année, nous sommes intervenus auprès de 2 classes de 6ème du Collège de Jules Verne.Après une enquête sur le mode de vie numérique, des écritures collectives et une semaine de résidence, les élèves créent leur spectacle.
Projet PEAC avec le soutien financier : Drac Nouvelle Aquitaine, Conseil départemental 86, Rectorat Poitiers, Mairie de Buxerolles, Collège Jules Verne et Collectif Maison Persane.
www.cyberombre.org

Les écrans ça craint? Conférence au TAP auditorium, Poitiers, 7 novembre à 10h00, Rencontre Michel Foucault

Table ronde animé par Fanny Morange avec Fardin Mortazavi et Isabelle Féroc-Dumez, une infirmière et un psychologue scolaire

Les jeunes sont-ils aussi hyperconnectés qu’on le prétend ? Une représentation théâtrale des élèves du collège Jules Verne, une vision croisée du monde de l’éducation et du milieu médical et bien sûr, les enfants eux-mêmes… voilà de quoi débattre sur les pratiques médiatiques des digital natives ! Regardent-ils trop la télé, quels sont les effets d’une surconsommation d’écrans, que ce soit dans leur rapport aux autres, dans les résultats scolaires ou d’un point de vue médical, perçoivent-ils les images comme nous, adultes ?  L’école peut-elle faire bon ménage avec les écrans et comment peut-elle accompagner les jeunes ?

Gratuit

Table ronde précédée d’une présentation de travaux par des élèves en classe à horaires aménagés théâtre du Collège Jules-Verne suite à des ateliers menés par Émilie Le Borgne, metteuse en scène, sur le thème de l’addiction aux écrans.

Durée : 1h15

Dans l’après midi il y a aussi :

pour plus d’info cliquez ici pour accéder au site du TAP

Suivie d’une conférence à 16h30 

Les écrans et les jeunes, quelle place pour les parents?

Table ronde animée par Fanny Morange avec Sophie Jehel, Aline Ménoret, Wilfrid Serra, Christian Gautellier

Votre enfant fait partie de ces jeunes qui restent scotchés 5 heures par jour devant leur écran ? Faut-il s’en inquiéter quand l’addiction aux jeux vidéo vient notamment d’être reconnue comme une maladie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ? L’ultra connexion nuit-elle à leur développement et entraîne-t-elle de nombreux troubles comme nous alertent de plus en plus de scientifiques et professionnels ? Dans ce contexte de surexposition, quel est notre rôle de parents et quel accompagnement mettre en place ?

10 nov. Adolescents, images numériques et construction identitaire Stratégies, vulnérabilités, remédiations, journée d’études avec université Paris 8

Nous présentons les résultats de notre projet CyberOmbre dans le cadre de cette journée d’étude à Paris:

Le 10 novembre 2017, 9h-17h
Adolescents, images numériques et construction identitaire
Stratégies, vulnérabilités, remédiations

Présentation et discussion des résultats de la recherche

Responsable du projet : Sophie Jehel
Maîtresse de conférence en sciences de l’information et de la communication,
Université Paris 8 Saint Denis, Laboratoire CEMTI EA 3388, chercheure associée au CARISM.

Avec la participation de Patricia Attigui
Professeur  de psychopathologie et de psychologie clinique, coordinatrice de l’équipe des psychologues Université Lumière Lyon 2, Laboratoire CRPP EA 656.

Projet soutenu par la Fondation de France, Le GIP Droit et Justice, la direction de la recherche de la PJJ, l’UNAF, les CEMEA, La Ligue de l’enseignement.

L’ambition du projet de recherche

De nombreux jeunes sont confrontés aux images violentes à travers les différents médias, et plus encore avec Internet, involontairement et volontairement. Il nous paraît donc important de prendre au sérieux la rupture que constitue, depuis plus de 10 ans, la proximité des images violentes, sexuelles et haineuses facilement accessibles (téléphone portable, ordinateur) dans le processus de socialisation des jeunes. Il nous semble également essentiel de prêter attention à la nature de la relation que les jeunes entretiennent avec ces images qui reste souvent cachée.

Nous pensons que la connaissance des fragilités de certains jeunes vis-à-vis des images ouvrira de nouvelles perspectives notamment pour lutter contre diverses formes de violences entre jeunes, permettre aux jeunes concernés de ne pas rester dans le clivage entre la consommation solitaire de ces images et l’intégration des valeurs de la société globale et approfondir l’analyse des phénomènes de « radicalisation » cognitive.

Ouverture du colloque, accueil 9h-9h30

Présentation des principaux résultats de la recherche : 9h30-10h15
Sophie JEHEL, MCF Paris 8, chercheure au Cemti, chercheure associée au Carism.

Première table ronde : les vulnérabilités des adolescents face aux images  10h30-12h00

Animation : Laurence CORROY, MCF HDR Paris 3, CADIS.

Patricia ATTIGUI « Entre aliénation et « désaide » : l’adolescent face au pouvoir des images ». Professeur de psychopathologie et de psychologie clinique, Université Lumière Lyon 2, Psychanalyste (Association Psychanalytique de France).

Jocelyn LACHANCE « Les images terroristes : nos adolescents sont-ils des victimes ? », socio-anthropologue de l’adolescence, Docteur en sociologie de l’Université de Strasbourg et en sciences de l’éducation de l’Université Laval.

Angélique GOZLAN, « Du punctum à la fascination : quand les images sur les réseaux sociaux font résonance aux processus adolescents », Docteur en psychopathologie et Psychologue clinicienne, Chercheur associé à l’Université Paris 7 et l’Université Lyon 2.

Geoffroy WILLO « L’adolescent face au trash du numérique : une attirance endogène ou exogène? »,
Docteur en psychopathologie, psychologue clinicien et formateur à l’IRTS Parmentier.

Deuxième table-ronde : images et confrontations aux interdits 13h30-15h

Animation : Fabrice AUDEBRAND, ENPJJ

Serge HEFEZ: « Les adolescents sous l’emprise des images de Daesh », Psychiatre, service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, hôpital de la Pitié Salpêtrière, Paris.

Pierre LEFEBURE, Claire SECAIL, « Attentes, tensions et ambivalences dans la réception du traitement  télévisé des attentats de novembre 2015 », Pierre LEFEBURE, Université Paris 13, LCP-IRISSO, et Claire SECAIL, CNRS, LCP-IRISSO.

Mickael LE MENTEC, « La médiation parentale face aux TIC » MCF Université Picardie, membre du CAREF et du GIS Marsouin.

Troisième table ronde : quelles pistes éducatives par rapport aux images violentes, sexuelles ou haineuses ? 15h15 – 16h30

Animation : Alexandra SAEMMER, Professeur Université Paris 8, Cemti.

Cécile PERRET, enseignante, Elaborer une réflexivité sur les images cinématographiques de violence.

Fardin MORTAZAVI, Musicien/Comédien et chercheur en musicologie et littérature (Université Poitiers) spectacles de théâtre d’ombre avec collégiens.

Isabelle FEROC-DUMEZ, directrice scientifique du CLEMI, MCF en sciences de l’information et de la communication, Université de Poitiers, chercheure au Laboratoire TECHNE.

Christian GAUTELLIER, directeur national des publications, Association CEMEA.

Olivier GERARD, Responsable du pôle média-usages numériques, UNAF.

Conclusion 16h30-17h00 

Serge PROULX, Sociologue, Professeur émérite à l’École des médias de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et professeur associé à Télécom ParisTech (France). 

Lieu : UNAF,  28 place Saint Georges 75009 Paris
Amphithéâtre Pierre Laroque

Entrée libre sur inscription obligatoire
Merci d’envoyer un message à l’adresse suivante :
adoimagesnum@gmail.com

Accès :
métro Saint-Georges (L12) (en face), RER A station Auber (15 minutes de marche).
Accès possible pour personnes à mobilité réduite (veuillez nous prévenir)
Projet soutenu par la Fondation de France, Le GIP Droit et Justice, la direction de la recherche de la PJJ,  l’UNAF, les CEMEA, La Ligue de l’enseignement.

icon-car.pngFullscreen-Logo
UNAF - Union Nationale des Associations Familiales

chargement de la carte - veuillez patienter...

UNAF - Union Nationale des Associations Familiales 48.878544, 2.337823

CyberOmbre, Séminaire Université Paris VIII, Le 9 décembre 2016 : Connecter ou déconnecter les jeunes ?

Pour une éducation critique aux médias en contexte numérique,

deuxième saison : « Pré-Figurations / Contre-figurations »

Présentation des travaux de recherche de Fardin Mortazavi depuis 2011 en « Contre-figuration » auprès des jeunes publics

Nov./Dec. 2016 — Séminaire doctoral animé par Alexandra Saemmer et Sophie Jehel, Université Paris 8, CEMTI, dans le cadre de l’ED Sciences Sociales (ED 401).

Les politiques d’éducation aux médias se développent donc actuellement en direction d’objectifs aussi différents que l’introduction des dispositifs et outils du numérique dans les apprentissages, et l’éducation critique à l’information avec dans le viseur la lutte contre le « complotisme » et la « radicalisation ». Face à cette actualité, après une année de travail sur les enjeux de l’éducation aux médias revisités par les sciences de l’information et de la communication qui a réuni des enseignants-chercheurs, doctorants, enseignants du secondaire et autres acteurs sur le terrain, nous avons décidé de poursuivre le chantier en choisissant la thématique « Pré-Figurations / Contre-figurations » comme fil rouge pour cette deuxième saison du séminaire.

Les objectifs investis de façon plus traditionnelle par l’école en France autour de la compréhension des contenus médiatiques, et le développement de la pensée critique vis-à- vis des contenus informationnels restent également d’actualité, revisités à l’aune des préoccupations publiques relatives à la fois à l’égalité « réelle » des femmes et des hommes, à la lutte contre les stéréotypes et les discours discriminatoires, mais aussi à la mise en œuvre de contre-discours susceptibles d’enrayer la diffusion de la « radicalisation » et du « complotisme ». L’école se retrouve en première ligne pour la défense d’un modèle démocratique pluraliste et pour dialoguer avec les jeunes. Cela suppose que ces questions soient définies clairement en tenant compte des acquis comme des difficultés de la recherche.

Programme du vendredi  9 décembre 2016 de 14h à 17h

Connecter ou déconnecter les jeunes ?, salle 402

Francis JAUREGUIBERRY : l’Hyperconnexion et les difficultés de la déconnexion
Fardin MORTAZAVI : Théâtre d’ombre et la déconnexion des collégiens

Voir voir le programme complet cliquez ici

Lieu :    la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, 20 avenue George Sand 93210 St-Denis (Métro : Ligne 12, Front Populaire).

icon-car.pngFullscreen-Logo
MSH Paris-Nord

chargement de la carte - veuillez patienter...

MSH Paris-Nord 48.908082, 2.364668

CyberOmbre : Résidence avec collégiens et lycéens

L’évolution exponentielle des outils numériques et notamment la place de plus en plus importante occupée par internet dans notre société ne nous donne pas le temps de réfléchir à toutes les applications ni à tous les usages qu’il peut en être fait, ni de définir de manière adéquate le cadre de son utilisation dans le respect des libertés individuelles et pose donc question. A l’inverse, le temps de plus en plus important occupé par les jeunes générations derrière leurs écrans et plus particulièrement via les réseaux sociaux induit une mutation dans leur manière de réaliser leurs apprentissages, mais aussi dans leur appréhension du monde qui les entoure et leur relation à ce monde. C’est aussi ce dernier point qui a conduit à l’élaboration de ce projet en vue de trouver des réponses à partir de ce que les élèves pourront dire de leur propre expérience de ces nouvelles technologies.

CyberOmbre, ses objectifs

Le projet CyberOmbre permet de relier les pratiques d’internet et des nouveaux outils technologiques par les jeunes générations avec comme attente une meilleure compréhension de l’outil internet pour une prise de conscience de ses enjeux sous-jacents et la nécessité d’une réflexion en tant que citoyen sur l’utilisation qu’il peut en être faite.

Publics et Établissements concernés

Il s’agit de tout public : lycéens collégiens, étudiants ou tout public. Ce projet est destinés aux collèges, aux lycées et aux maisons de quartiers.

Comment

Nous proposons utiliser la « magie de la scène » pour permettre aux jeunes d’aiguiser leur esprit en imaginant et réalisant leur propre monde. Les matériaux utilisés sont: le texte, la musique et l’ombre. Notre accompagnement sera dans la préparation du corps, de la voix, de l’écriture et tout ce qui est nécessaire pour qu’il ait lieu une expression libre dans une un groupe formé sur scène.

Mise en œuvre

Une 1ère phase d’écriture et sélection de texte se réalise dans une collaboration étroite entre les professeurs , les élèves et l’intervenant. Le professeur peut préparer les élèves dans l’appropriation des texte avant le démarrage de la résidence théâtrale.

Une seconde phase en résidence théâtrale se réalise, de préférence, par des séquences les plus longues et les plus rapprochées en fonction du planning du collège et du lycée. L’intervenant prépare un lieu avec ses propres matériaux scéniques,  sono et lumières. Ce lieu peut être une classe aménagée et réservée à la résidence jusqu’à la réalisation du spectacle. Une véritable salle de spectacle est plus magique : celle l’établissement ou celle des partenaires avec une Maison de quartier, Compagnie de théâtre, … . Dans se lieu, se préparent les élèvent et constitue l’âme commune du groupe. Les différents actes s’écrivent en se réalisant et les filages se succèdent.

En dernier lieu un spectacle sera donnée en invitant les autres élèves, professeurs, parents, … . La vraie magie a lieu lorsque ce triangulaire se me en place.

Antériorité du Projet

Notre démarche a été déjà réalisée :

Au Lycée Horticoles de Blois  en 2011 et 2015 (voir les articles de journal en cliquant sur la date) avec le financement de la Région Centre ou avec le Collège

Au Collège Bellevue Dangé Saint Romain en 2015  avec le financement de l’association Parents/Elèves